Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 105.djvu/629

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


légumes, du lin, et par-ci par-là plantés d’arbres fruitiers. Ce sont autant de petits jardins de quelques ares parfaitement travaillés à la bêche, fumés et nettoyés. Les produits sont en rapport avec cette excellente culture. L’allmend mesure 270 juchart, 343 familles y ont une part et chaque lot comprend 7 parcelles. On maintient cet extrême morcellement afin que chacun ait une part des différentes catégories de terrain.

Ces corporations usagères constituent de véritables républiques. Leur forme de gouvernement mérite l’attention, car elles peuvent servir de modèle à l’organisation politique d’une commune autonome. Pour en donner une idée, j’analyserai la constitution de la communauté de Gross, dans le canton de Schwytz. Tous les usagers ayant dix-huit ans accomplis se réunissent de plein droit une fois par an au mois d’avril pour entendre la reddition des comptes et pour régler les affaires courantes. En cas de besoin, le président convoque l’assemblée, Genossengemeinde, en session extraordinaire. Tous les deux ans, elle réélit tous les fonctionnaires. Nul ne peut se refuser à remplir les fonctions auxquelles il est nommé. Il est tenu un procès-verbal de toutes les résolutions. Le pouvoir exécutif est aux mains d’un conseil de 7 membres élus par l’assemblée. Ce conseil règle l’exploitation des bois, fait le partage de la coupe, prépare l’allotissement des terres, représente la corporation dans les instances judiciaires, et fait exécuter les travaux qui ne dépassent pas 60 francs ; les autres doivent être votés par l’assemblée générale. Il fixe les amendes et les dommages-intérêts en cas de contravention au règlement, et défère, s’il en est besoin, la poursuite à l’autorité judiciaire. Le conseil se réunit sur la convocation du président. Les membres non empêchés sont frappés d’amende en cas d’absence ; ils sont rétribués par la remise des journées de travail qu’ils devraient fournir comme les autres usagers.

Le président est élu par l’assemblée générale. Il doit convoquer celle-ci chaque fois que 100 membres le demandent. Il touche 80 fr., et ses vacations extraordinaires sont payées en sus. Les autres fonctionnaires sont le caissier, qui tient les comptes et fait les recettes et les dépenses, le secrétaire, qui rédige les procès-verbaux et fait la correspondance, le chef des travaux, le forestier et le vérificateur des comptes. Tous sont rétribués et sont responsables de leur gestion. Cette administration est, on le voit, très complète ; elle tient le milieu entre celle d’un corps politique et celle d’une société anonyme. Les usagers administrent eux-mêmes leurs intérêts communs et la propriété collective suivant des règles très précises et parfaitement entendues. Ces. constitutions remontent aux premiers temps du moyen âge, mais elles ont été constamment modifiées et perfectionnées suivant les nécessités de l’époque, et on peut