Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 9.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et on y retrouvait les traces de l'ancienne magnificence polonaise. Alentour étaient rangés des armures, des cottes de mailles, des casques, des drapeaux déchirés, les ailes d'ange des chevaliers de Sobieski [1]; ici le portrait d'un général victorieux, là celui d'une dame blonde au bonnet empanaché, qui, d'après la tradition, n'était autre que Marina, l'ambitieuse favorite du faux Démétrius, Devant une table sur laquelle bouillait et chantait le samovar, M. de Festenburg, en robe de chambre, lisait le journal ; auprès de lui, sa femme, petite et grasse, aux cheveux fades, aux joues rouges comme des brugnons, s'occupait à remplir les tasses, tandis que Mlle Hélène beurrait des tartines avec une poétique langueur. La coupe piquante de sa robe du matin en cachemire blanc, dont les plis flottans bordés de satin bleu de ciel étaient rattachés aux épaules, lui donnait l'air d'une figure de Watteau. Lévi Weinreb, l'élégant factotum de la maison de Festenburg, drapé dans son opulente fourrure, se chauffait au grand poêle vert, les mains étendues.

— Les nouvelles que tu apportes ce matin sont assez maigres, grogna le seigneur.

— J'avais bien encore quelque chose à raconter, répondit Weinreb d'un ton indifférent, mais je ne me le rappelle plus.

— Tu t'en souviendras tout à l'heure, dit la dame. Hélène cependant fredonnait un air itahen.

— J'y suis ! s'écria le Juif avec une telle vivacité que Mme de Festenburg en laissa tomber le morceau de sucre qu'elle tenait.

— M'a-t-il fait peur !

— Pardon, c'est que cela m'est revenu… Mlle Hélène désirait un maître d'italien.

— Un maître d'italien ?

— Sans doute, expliqua la jeune fille, j'ai besoin de lui pour le chant, pour la musique en général.

— Eh bien ! j'ai trouvé ce maître, reprit le Juif en activant le feu.

— Un homme sérieux, j'espère ? interrompit la mère prudente.

— Très sérieux, mais encore jeune.

— Cela ne peut nous convenir, murmura le père.

— Très bien dit, appuya la mère. Le duo de ses parens éveilla l'esprit de rébellion chez Mlle Hélène. — Pourquoi donc ? demanda-t-elle un peu excitée ; il me semble que c'est mon caractère qui doit vous offrir la garantie nécessaire, non pas l'âge du professeur.

  1. Les chevaliers de Sobieski, le sauveur de Vienne, portaient aux épaules de grandes ailes en plume.