Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 29.djvu/829

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


être acclimaté sur d’autres points, notamment dans la chaîne des Nilgherries, dans l’Inde, à Java, à Queensland, en Australie, et même à la Réunion.


III.

Le climat de l’Australie ressemble à celui de l’Europe méditerranéenne, sauf dans la partie septentrionale où la proximité de l’équateur lui donne un caractère tropical. Les courans atmosphériques y sont réguliers et les pluies réglées d’une manière constante. Elles sont très peu abondantes au nord, et presque nulles dans l’intérieur où règne le désert. Au sud du tropique, elles persistent pendant la période hivernale, et c’est dans cette dernière région, qui occupe la partie sud-est du continent, et en Tasmanie que se sont concentrés les efforts de la colonisation. Nous ne reviendrons pas sur l’histoire de ces colonies dont tout le monde connaît le prodigieux développement ; bornons-nous à dire que le premier convoi d’émigrans fut débarqué à Port-Jackson le 20 janvier 1788, et qu’aujourd’hui, c’est-à-dire quatre-vingt-dix ans après, la colonie, peuplée de 1,500,000 habitans, a dû se diviser et former cinq gouvernemens séparés: la Tasmanie, l’Australie du sud, Victoria, Queensland et la Nouvelle-Galles du sud. L’agriculture n’y est développée que sur les côtes et dans la Tasmanie, mais le climat de l’intérieur, très favorable à la végétation herbacée, produit d’excellens pâturages, qui ont permis d’y élever d’immenses troupeaux de moutons dont le nombre s’élève aujourd’hui à plus de 20 millions; mais comme le continent ne renferme pas de hautes montagnes, les cours d’eau y sont rares et peu étendus. Aussi les années de sécheresse sont-elles calamiteuses pour les animaux qui périssent par milliers. Cette année même, plus de 5 millions de moutons sont morts au milieu des pâturages desséchés.

Dans les colonies de Queensland et de la Nouvelle-Galles du sud, les forêts ont un caractère équatorial, tandis que dans la Tasmanie et dans Victoria elles ont jusqu’à un certain point l’aspect européen. D’après l’intéressant catalogue publié par le gouvernement colonial, le sol forestier peut être partagé en trois régions distinctes: l’une ne renfermant que des buissons (scrubs) d’arbustes appartenant aux genres des bruyères et des proteacées, formant des fourrés impénétrables et indestructibles, même par le feu; la seconde est couverte de forêts claires (open forest), d’arbres très élevés, peu branchus, garnis de feuilles épaisses, dures, persistantes et riches en huiles essentielles, appartenant presque tous au genre eucalyptus. La troisième région, qui est aussi la moins connue,