Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des correspondances secrètes avec nos princes, quelques tentatives des émigrés, des mouvemens produits chez les Vendéens, que Bonaparte surveillait en silence.

D’un autre côté, les gens épris du gouvernement fédératif voyaient avec inquiétude l’autorité consulaire tendre vers une centralisation qui ramenait peu à peu à des idées de royauté. Ceux-là s’unissaient assez bien avec le petit nombre des individus qui, malgré les écarts et les égaremens où la cause de la liberté avait entraîné quelques-uns de ses partisans, s’obstinaient en leur conscience à voir dans la révolution française une secousse utile, et qui craignaient que Bonaparte ne vînt à bout d’en paralyser les mouvemens. On entendait parfois au tribunat sur ce sujet certaines paroles qui, toutes modérées qu’elles étaient, indiquaient aux projets secrets de Bonaparte une autre espèce d’antagonistes que les royalistes. Enfin il y avait encore les francs jacobins, qu’il fallait contenir, et puis ces militaires dressés sur leurs prétentions, qui s’étonnaient qu’on voulût créer ou reconnaître d’autres droits que les leurs. Toutes les émotions de ces différens partis étaient exactement rapportées à Bonaparte, qui manœuvrait prudemment entre elles. Il marchait doucement vers son but, que bien peu de gens alors devinaient. Il tenait tout le monde tendu sur une portion de sa conduite, qui demeurait dans le vague. Il savait à son gré attirer et détourner l’attention, exciter alternativement les approbations de l’un ou de l’autre côté, inquiéter ou rassurer selon qu’il lui était nécessaire, se jouer de la surprise ou de l’espérance. Il voyait surtout dans les Français des enfans mobiles qu’on détourne de leurs intérêts par la vue d’un jouet nouveau. Sa position comme premier consul lui était avantageuse parce que, indéterminée qu’elle était, elle échappait plus ou moins aux inquiétudes qu’elle inspirait à certaines gens. Plus tard, le rang positif d’empereur lui a enlevé cet avantage : c’est alors qu’après avoir découvert son secret à la France, il ne lui est plus resté pour la distraire de l’impression qu’elle en avait reçue que ce funeste appât de gloire militaire qu’il a lancé au milieu d’elle. De là ses guerres sans cesse renaissantes, de là ses conquêtes interminables ; car à tout prix il sentait le besoin de nous occuper. Et de là, si l’on veut bien y regarder, l’obligation qui lui fut imposée par son système de pousser sa destinée, de refuser la paix soit à Dresde, soit même à Châtillon ; car Bonaparte sentait bien qu’il serait perdu infailliblement du jour où son repos forcé nous permettrait de réfléchir et sur lui et sur nous.

On trouvera, dans le Moniteur de la fin de 1802 ou du commencement de 1803, un dialogue entre un Français enthousiaste de la constitution anglaise et un Anglais soi-disant raisonnable qui, après