Page:Revue des Deux Mondes - 1881 - tome 46.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE
SALON DE 1881

Nibil ars sine materia. Ars summa, materia optioma melior.
QUINTILIEN.

II.[1]
LES ARTS DU BAS-RELIEF. — LA PEINTYRE. — LA GRAVURE ET LA LITHOGRAPHIE


III

En principe, le bas-relief est un ouvrage dont le sujet est exécuté en saillie sur un fond auquel il adhère. Si cette définition est exacte, on voit tout ce qu’embrasse notre examen. C’est non-seulement le bas-relief proprement dit, celui qui fait partie intégrante des monumens, celui qui décore depuis les palais jusqu’aux stèles funéraires ; mais nous avons encore à étudier, d’une part, les médaillons, les médailles et les monnaies et, de l’autre, les camées et les pierres gravées en creux d’où l’on tire des empreintes qui sont des bas-reliefs véritables. Ces arts, unis par la théorie, forment une famille où règne une certaine liberté. Chacun se sert de matières absolument différentes, chacun a sa technique distincte. Les pierres

  1. Voyez la Revue du 1er juin.