Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Les valeurs étrangères ont été très favorisées depuis le milieu du mois d’avril. Les Consolidés ont progressé à Londres. A Vienne, la souscription par la maison Rothschild d’un emprunt autrichien 5 pour 100 papier, au taux de 92 pour 100, a été considérée comme un symptôme des plus favorables au point de vue du maintien de la tranquillité générale en Europe et a rendu quelque ardeur à la spéculation. Les marchés allemands n’ont plus attendu l’impulsion de Paris et ont poussé assez vivement quelques valeurs internationales. Par suite de ce mouvement, les Lombards se sont maintenus chez nous à 310, malgré la modicité du dividende (4 francs) qui sera proposé pour 1881, et les Chemins autrichiens ont dépassé 700 francs. On a appris il y a quelques jours que cette dernière société venait de conclure avec le gouvernement hongrois une convention qui met fin à de longues querelles entre les deux parties. Cette convention a pour objet d’établir une entente complète sur toutes les questions que soulève le raccordement avec les lignes du futur réseau oriental. Elle consacre en même temps la séparation presque absolue des lignes de la compagnie en deux réseaux distincts, l’un autrichien, l’autre hongrois, ayant chacun son administration spéciale.

Le 5 pour 100 italien s’est élevé au cours de 91 francs et s’y maintient à peu près, non sans quelque peine ; l’émission de la seconde portion de l’emprunt aura lieu à Londres au commencement de mai, dit-on. La rente espagnole extérieure, délaissée pendant quelque temps, s’est relevée au-dessus de 28 lorsque la chambre des députés à Madrid s’est occupée du projet de loi relatif à la conversion ; on savait que la chambre voterait le projet, ce qui a eu lieu, en effet. L’obligation égyptienne unifiée s’est maintenue à 350, malgré l’incertitude qui plane sur les destinées de l’Égypte depuis que le gouvernement des colonels et du soi-disant parti national organise avec tant de succès l’anarchie sur les bords du Nil. Le 5 pour 100 turc oscille de 13 à 13,25 ; la spéculation à la hausse est très chargée sur cette valeur ; mais elle est soutenue par le caractère satisfaisant des nouvelles expédiées de Constantinople au sujet des premiers résultats obtenus par le conseil d’administration des revenus concédés. Les trois premiers mois ont donné 370,000 livres turques, soit une augmentation de près de 40 pour 100 sur les chiffres correspondans de l’année dernière. La Banque ottomane est appelée à profiter en première ligne de tout ce qui se produit de favorable pour les créanciers de la Turquie. L’action de celte société tend donc visiblement à de plus hauts cours ; elle n’a pu toutefois jusqu’ici s’élever au-dessus de 805. L’action Rio-Tinto reste aux environs de 700 francs ; le dividende qui sera proposé à l’assemblée générale du 5 mai est de 28 shillings, soit 35 francs.


Le directeur-gérant : C. BULOZ.