Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


enfin ne se réveillera pas un jour dans l’homme et n’emportera pas, dans le flot de ses fureurs déchaînées, le long travail des siècles, les résultats des civilisations humaines, les conquêtes de l’histoire, toutes les formes « de l’idéalisation individuelle et collective, » toutes les bases scientifiques du nouvel ordre social posées par la main du génie, consolidées par l’expérience et le temps ?

De deux faits physiologiques, l’un ne peut avoir aucune autorité sur l’autre, et, par conséquent, de quel droit espère-t-on qu’à la longue l’un dominera l’autre ? M. Littré n’est pas sans avoir senti l’insuffisance de sa théorie. Il a essayé d’y suppléer, quelques années plus tard, en expliquant d’une manière assez inattendue l’idée de justice [1] et lui conférant par cette origine nouvelle le caractère d’autorité dont ne pouvait rendre compte l’origine biologique des besoins. Tout d’un coup, il ramène cette idée, la génératrice de toute la morale, à n’être plus « qu’un fait psychique irréductible, » la conception de l’égalité de deux termes. « Elle n’est pas autre chose, nous dit-il, que la dérivation d’un fait purement intellectuel extrêmement simple, celui qui fait que nous reconnaissons intuitivement la ressemblance ou la différence de deux objets. A égale A ou A diffère de B, voilà le dernier terme auquel tous nos raisonnemens aboutissent comme futur point de départ. Cette intuition est irréductible ; on ne peut pas la dissoudre, l’analyser en d’autres élémens ; c’est une des bases de notre système logique. » On pourrait arrêter là M. Littré et lui demander ce que signifient, en physiologie cérébrale, ces termes plusieurs fois répétés de fait intuitif et d’intuition, qui s’accordent difficilement avec les données de la science positive et ressemblent singulièrement à des lois innées et formelles de l’entendement, principes funestes de la métaphysique. On pourrait aussi lui demander de quel droit il transporte une notion purement intellectuelle dans le domaine de l’action et par quelle transformation difficile à prévoir l’axiome de contradiction devient l’idée mère de toute la morale. M. Littré répond à cette objection d’une manière assez confuse : « Ce transport, dit-il, n’a rien que de naturel et de facile. On sait que, anatomiquement, les facultés intellectuelles et les facultés affectives ont le même siège et que, par cette disposition, elles agissent les unes sur les autres, de quelque façon que l’on conçoive leur juxtaposition, soit que l’on imagine, suivant la doctrine de la spécialité, que les cellules intellectuelles sont distinctes des cellules affectives, soit, au contraire, que, identiques dans leur texture, le fonctionnement n’en diffère que suivant l’impression nerveuse, interne ou externe qu’elles reçoivent. » Je

  1. La Science au point de vue philosophique, p. 331, 339 et 346.