Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/541

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


souvenirs de la révolution française ; tous dévorèrent, lorsqu’elles parurent, les pages brûlantes des Girondins de Lamartine. Ils appartenaient au grand parti de la révolution cosmopolite : O’Connell, lui, était un pur Irlandais. Ils étaient protestans, O’Connell était catholique. Ils étaient républicains, O’Connell acceptait la monarchie, une monarchie sans pairie héréditaire, une monarchie démocratique, une monarchie avec un parlement séparé pour l’Irlande. Enfin O’Connell avait toujours repoussé, dans les luttes politiques, le recours à l’insurrection.

Sur ce dernier point, l’entente était impossible. Une scission devait se produire tôt ou tard. La question fut plus d’une fois discutée dans les réunions hebdomadaires de la ligue pour le rappel de l’union. Plus d’une fois, on se sépara mécontens les uns des autres, sans cependant avoir rompu formellement. Enfin un jour, répondant à O’Connell, Meagher déchira les voiles ; il dit tout ce que pensaient ses amis, il le dit en quelques phrases où se faisait sentir, au milieu de l’emphase naturelle à la jeunesse, un véritable souffle oratoire : « Je ne suis pas, s’écria-t-il, je ne suis pas de ces moralistes timides qui pensent que la liberté ne vaut pas une goutte de sang ; maxime honteuse contre laquelle protestent toutes les hautes vertus qui ont sauvé, qui ont sanctifié l’humanité. Sur le golfe où Salamine se reflète dans l’azur des eaux comme au fond de la vallée qui vit le soleil s’arrêter pour laisser les Israélites achever leur victoire ; sous les voûtes de la cathédrale où l’épée de la Pologne dort dans le linceul de Kosciuszko comme dans les murs du couvent où tombe en poussière la main vigoureuse qui déchira dans les plaines de l’Ulster la bannière de saint George ; sur les sables d’où l’indomptable fierté des Algériens bravait l’aigle à deux têtes de Charles-Quint ; dans le palais ducal où nos fiers Geraldines [1] se sont moins illustrés par les faveurs qu’ils ont reçues de la royauté que par la part qu’ils ont prise à nos révoltes ; au milieu de notre cité, sur ce tombeau solitaire que la volonté d’un mort glorieux a laissé sans épitaphe et sans nom ; partout enfin où le patriotisme a laissé la trace d’un triomphe ou d’un sacrifice, partout une voix s’élève pour protester contre vos maximes et pour vous crier : Arrière, vos avilissantes théories ! arrière ! arrière ! »

C’était la rupture. Elle fut consommée dans la séance du 27 juin 1846. Smith O’Brien et ses amis quittèrent la salle des délibérations et fondèrent, en opposition avec O’Connell, le parti de la Jeune-Irlande. Le rôle du grand agitateur était fini. Si inférieurs que lui

  1. les Fitzgerald, ducs de Leinster et marquis de Kildare, descendons des Geraldini de Florence. Lord Edouard Fitzgerald, l’un des chefs de l’insurrection de 1798, appartenait à cette grande famille.