Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/657

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Par un décret du 22 juin 1881, le gouvernement portugais a jeté les bases d’une « Exposition rétrospective de l’art ornemental espagnol et portugais » à Lisbonne en 1882 ; le roi dom Luis a réclamé le titre de protecteur de cette entreprise nationale, et le roi dom Fernando son père a accepté la présidence effective avec le concours des ministres compétens. La commission directoriale, composée de trente-sept membres choisis parmi les pairs du royaume, les directeurs-généraux des divers ministères, des membres de l’Académie des sciences et des beaux-arts, des professeurs, des écrivains et de grands industriels, a délégué sept de ses membres réunis en commission exécutive ; munis de toutes les autorisations, moyens d’exécution et droits de réquisition, ils se sont répandus dans le royaume avec mission de réunir dans la capitale tout ce qui pouvait contribuer à donner une juste idée des richesses d’art de la nation, de l’histoire de son travail et des phases successives par lesquelles ont passé ses arts industriels. Une disposition spéciale proposait aussi comme but à la commission de grouper tous les élémens nécessaires pour écrire l’histoire de l’art en Portugal. Comme base d’une telle œuvre, les deux souverains offraient à la commission de choisir dans leurs collections privées les objets les plus précieux ; on grouperait autour de ce premier apport les collections