Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 62.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


III. LA PRÉSIDENCE D’ANDRÉ JACKSON. [1]


I. Parton, Lite of A. Jackson, 1878. — II. W.-G. Sunmep, Andrew Jackson as a public man. Boston, 1883. — III. Dr von Holst, John C. Calhoun. Boston, 1882. — IV. Dr von Holst, Verfassungsgeschichte der Vereinigten Staaten von America. Berlin, 1878.


I

Le discours d’inauguration de Jackson, que Benton qualifie, avec son enflure habituelle, de « charte des principes démocratiques, » n’était, en réalité, qu’une œuvre insignifiante et banale. On y remarqua toutefois une adhésion publique donnée par le nouveau président aux doctrines du parti dont il était l’élu, sur la question des améliorations intérieures et sur celle du tarif ; un passage assez inattendu dans lequel il proclamait la nécessité de subordonner l’autorité militaire au pouvoir civil ; enfin une phrase pleine de menaces pour tous ceux qui occupaient des fonctions publiques, dans laquelle il insistait sur les droits du pouvoir exécutif et sur « la tâche réformatrice » qu’il lui appartenait d’accomplir.

  1. Voyez la Revue du 15 juin et du 1er octobre 1883.