Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 75.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


instituteurs républicains ne peuvent supporter la concurrence avec les instituteurs privés que favorisent tous les préjugés. A côté d’eux s’élèvent avec audace une foule d’écoles privées, de maisons d’éducation particulières où l’on professe impunément les maximes les plus opposées à la constitution et au gouvernement. » A Pontlevoy, les bénédictins n’avaient jamais cessé de diriger les études, et, dès le 9 thermidor, ils avaient vu toute leur ancienne clientèle leur revenir. A Sorèze, les dominicains ; à Vendôme et à Juilly, les oratoriens avaient reparu ; à La Flèche, les frères de la doctrine chrétienne réunissaient déjà près de deux cents élèves. De tous côtés enfin, les rapports de police et d’administration signalaient au gouvernement la répugnance de plus en plus marquée des populations pour les écoles publiques primaires ou centrales, et leur goût de plus en plus vif pour les établissemens concurrens dirigés d’après les principes et les vues de l’ancienne pédagogie par des prêtres ou par des personnes généralement peu favorables au régime établi. Bref, entre le pays et son gouvernement, sur cette question primordiale de l’éducation, le désaccord allait s’accentuant de jour en jour ; entre les quelques milliers d’individus qui formaient la France officielle et les millions de pères de famille dont se compose la vraie France, l’antagonisme n’existait pas seulement à l’état latent : c’était la guerre.

Tout au rebours aujourd’hui : non-seulement ce danger n’existe plus depuis bien des années, non seulement l’œuvre de la révolution n’est plus en cause, mais le péril serait bien plutôt dans l’exagération des principes et de l’esprit révolutionnaires. En 1870 et 1871, quand la France agonisait, d’où lui est venu le coup qui la devait achever ? Qui s’est jetée sur elle pour lui planter un poignard dans le dos, pendant qu’elle faisait encore tête à l’ennemi ? Ce n’est pas la Vendée, j’imagine ; elle était tout entière aux armées, disputant pied à pied le sol national à l’envahisseur ; ce ne furent pas davantage les partisans du régime déchu, le gouvernement de la défense nationale n’eut pas de plus intrépides défenseurs. Si la république faillit périr alors, c’est de ses propres mains, et c’est dans les rangs de ses adversaires qu’elle trouva ses plus fermes soutiens.

Mais que font ces choses, et qu’importent ces souvenirs à la démocratie ? Elle n’a pas de mémoire, elle n’a que des appétits ; elle ne se pique ni de générosité ni de délicatesse, — ce sont là vertus d’ancien régime. Elle est arrivée, elle veut jouir ; elle règne : que chacun s’incline et se soumette. Elle pratique l’opportunisme, et depuis dix ans, l’opportunisme lui répète sur tous les tons que « le cléricalisme, c’est l’ennemi. » Donc sus au clergé ! sus aux