Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 75.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


faisaient sauter la caserne des zouaves pontificaux, tandis que des bandes commandées par Cairoli, un frère du député, descendaient le Tibre et arrivaient jusqu’à la Porta-del-Popolo. L’armée pontificale, tenue sans cesse en haleine, était exténuée de fatigues ; le proministre des armes prévoyait le moment où, assaillie de tous côtés, elle serait à bout de forces. La situation devenait de plus en plus périlleuse : « Si le gouvernement de l’empereur a réellement à cœur de sauver le saint-siège, il n’y a pas un moment à perdre, » disait le cardinal Antonelli à notre chargé d’affaires.

Le comte Armand sollicitait des instructions qu’il n’obtenait pas. Les fils télégraphiques étaient coupés, il en était réduit à envoyer ses dépêches et celles du baron de Hübner, ministre d’Autriche, par des avisos à Bastia. Il n’en persistait pas moins à affirmer l’intervention de la France.

Toutes les rancunes que nos services avaient accumulées dans les âmes italiennes éclataient avec fracas : les passions débordaient dans toutes les villes. La révolution s’en donnait à cœur-joie. L’Italie était sans gouvernement ; le ministère de l’intérieur était devenu le foyer de l’insurrection, les préfets ne recevaient plus d’ordres ; des soldats de l’armée régulière passaient dans les rangs des volontaires, on le constatait à Rome par les livrets trouvés sur les prisonniers. Le colonel Schmitz et le commandant Parmentier, notre attaché militaire auprès du saint-siège, adressaient des dépêches alarmantes à Paris. Le général Prudon télégraphiait au maréchal Niel : « L’armée romaine pourra résister pendant quelque temps à Civita-Vecchia à une attaque avec artillerie, mais non dans Rome, sur la rive gauche. Depuis les nouvelles de non-intervention, les bandes augmentent aux frontières, beaucoup sont munies d’artillerie. Des tentatives d’insurrection, organisées par des étrangers, provoquent de l’agitation dans la ville. La petite armée pontificale est épuisée ; le gouvernement bientôt n’aura plus de forces suffisantes pour se défendre. Cette situation ne saurait se prolonger, il y a urgence d’y pourvoir. »

Le tableau que traçait le comte Armand n’était pas moins sombre. Chaque soir, des bombes Orsini éclataient à Rome ; la police était sur les dents, elle saisissait des armes et des munitions, elle arrêtait des bandits prêts à tous les forfaits, cachés au Trastevere. Le corps de Nicotera campait à 8 kilomètres de Rome ; les garibaldiens venaient de s’emparer de Monte-Rotondo, ils s’avançaient à marche précipitée au nombre de 6,000, et l’on n’avait que des forces insignifiantes à leur opposer : « J’encourage la résistance, télégraphiait notre chargé d’affaires, je m’efforce de faire accepter l’idée d’un siège, mais, en dépit de mes exhortations, l’inquiétude devient galopante. Tout le monde s’attend à voir l’armée royale passer la frontière. »