Page:Revue des Deux Mondes - 1894 - tome 124.djvu/560

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’empereur rentra dans l’intérieur de la ville et se dirigea vers le palais, où il allait prendre logement. A cette heure, il était impossible que le bruit de son arrivée ne se fût point répandu. On avait vu passer et entrer au palais le reste de son état-major, ses gens, ses équipages, sa maison, tout son accompagnement habituel. Malgré tant de signes indicatifs de sa présence, l’aspect de la ville n’avait guère changé ; les fenêtres ne s’étaient point garnies ni décorées ; les rues demeuraient désertes ; nulle trace d’enthousiasme ou même de curiosité. Cette fois, l’empereur ne sut point maîtriser son émotion, et son désappointement perça. Lorsqu’il fut entré dans la cour du palais et eut mis pied à terre, lorsqu’il s’installa dans les appartenions de l’empereur Alexandre, lorsqu’il prit possession des pièces où son rival en fuite avait vécu et habité, l’orgueil de cette victorieuse substitution ne s’épanouit point sur son visage. Par un retour amer sur le passé, il comparait la froideur de Wilna aux acclamations passionnées qui l’avaient accueilli dans les villes du grand-duché et ne put s’empêcher de dire : « Ces Polonais-ci sont bien différens de ceux de Posen. »

Il réprima durement les désordres qui lui avaient valu cette déconvenue, porta des peines terribles contre l’indiscipline et la maraude, fit parquer dans un enclos près de la ville tous les traînards que l’on put ramasser, n’épargna aucun moyen pour rassurer la population et ressusciter la confiance. Par les soins du major général, les principaux habitans furent recherchés et prévenus ; ils reçurent des appels plus ou moins discrets, s’entendirent inviter à sortir de leur retraite, à paraître, à faire montre de leurs sentimens. On arriva ainsi à provoquer quelques manifestations tardives de sympathie et de joie ; on parvint à créer une apparence d’enthousiasme, à susciter un simulacre d’ovation, avec ses accessoires habituels, Heurs, couronnes, décors, sur le passage des corps qui continuaient à traverser la ville et à se répandre autour d’elle.

Davout était déjà présent, avec ses cinq divisions ; Murat amenait son flot de cavalerie, Ney et Oudinot arrivaient à hauteur sur la gauche, et le reste de l’immense colonne, composé de la Garde et des réserves, rejoignait un peu moins vite, encore échelonné sur la route qui conduit de Kowno à Wilna. Du 28 au 30, Napoléon prépara les mouvemens enveloppans qui avaient pour but de déborder les masses russes en retraite et de lui en livrer une partie. Tandis que le roi de Naples, appuyé par quelques divisions d’infanterie, poussera droit devant lui et s’enfoncera comme un coin entre les deux armées ennemies, Oudinot, Ney et Macdonald continueront à s’élever vers le nord-est, suivant et talonnant Barclay de Tolly ; il est probable que l’armée de