Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/822

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


faire ; pour l’obligation, il y aurait à faire une loi, mais si le principe en peut être débattu, si l’opportunité en peut être contestée, cette loi, du moins, serait faisable, comme l’éducation le serait, sans toucher au suffrage universel tel qu’il est, sans y rien changer. L’éducation du suffrage et l’obligation du vote sont l’un et l’autre des expédiens, des palliatifs qui n’exigent aucun changement, même dans la forme actuelle du suffrage. Il y en a d’autres, au contraire, qui exigeraient des changemens dans la forme, et quelques-uns, des changemens, minimes, il est vrai, dans la substance du suffrage actuel. Parmi les premiers : le scrutin de liste à substituer au scrutin d’arrondissement ; le vote public à substituer au vote secret ; la limitation des dépenses électorales à substituer à la liberté de ces dépenses. — On ne dit pas que tout cela doive être substitué à ce qui existe, mais seulement qu’on pourrait l’y substituer, et que ce sont encore des expédiens ou des palliatifs proposés, lesquels emporteraient des changemens dans la forme du suffrage universel. Ces expédiens, que valent-ils ? Et que donneraient ces changemens ?

Scrutin de liste ou scrutin d’arrondissement.

C’est une question qui n’a jamais été tranchée, depuis que l’on procède à des élections, de savoir lequel des deux modes est le préférable : du scrutin de liste ou du scrutin d’arrondissement. Le scrutin de liste a ses partisans, mais le scrutin d’arrondissement a les siens ; le scrutin de liste a ses adversaires, mais le scrutin d’arrondissement en a d’aussi résolus et d’aussi bien armés. Le scrutin de liste a ses mérites, mais le scrutin d’arrondissement n’est pas sans en avoir une part ; le scrutin de liste a ses inconvéniens, mais le scrutin d’arrondissement n’en a-t-il point, et davantage ? L’éloquence, la force dialectique qu’on a mises à soutenir le scrutin de liste n’ont d’égales que la force dialectique et l’éloquence qu’on a dépensées pour soutenir le scrutin d’arrondissement. L’abondance d’exemples on faveur du premier ne le cède pas d’un seul à l’abondance d’exemples en faveur du second. Autant pour l’un, autant pour l’autre ; les membres les plus ingénieux de tous les parlemens qui se sont succédé se sont bornés à mieux aimer les uns, l’un, et les autres, l’autre ; — quelquefois même, tantôt l’un, tantôt l’autre.

L’empressement avec lequel on a quitté le scrutin d’arrondissement pour adopter le scrutin de liste serait incomparable et décisif, sans l’empressement avec lequel on a quitté le scrutin de liste pour revenir au scrutin d’arrondissement. De 1789 à 1875, la Franco a accueilli, puis rejeté, une douzaine de constitutions,