Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


paisible n’est point l’auteur de l’article diffamatoire, ni le célèbre directeur, serait-il le bailleur de fonds, le propriétaire du journal ?… Non, le président le dit enfin, ce prévenu unique, ce n’est ni l’écrivain qui a composé l’article, ni le directeur qui l’a inspiré, ni le capitaliste qui l’a rétribué, et qui en a bénéficié si cet article a fait augmenter le tirage ; — ce prévenu, c’est le gérant, le « procureur à la prison » !

Depuis près de cent ans que le « gérant » existe dans nos lois sur la presse, qui pourrait affirmer que ces générations de petits négocians qui ont toujours composé le personnel du jury de la Seine aient une seule fois compris très nettement en quoi consiste la « gérance » ? Et il est bien naturel qu’ils n’aient pas compris cette fiction étrange, cette ruse destinée uniquement à couvrir les vraies responsabilités !

Si confuse pourtant que l’institution demeure à leurs yeux, nos jurés finissent au moins par deviner au cours de l’audience que le gérant qu’ils ont devant les yeux est par excellence un homme qui ne gère pas. Au journal il n’est ni celui qui reçoit les articles, ni celui qui les paie, ni celui qui les rédige ; sa fonction est nulle, et, depuis le garçon de bureau jusqu’au célèbre directeur, chacun se mettrait à rire si ce gérant prenait fantaisie de gérer. Les gens accoutumés aux fictions judiciaires connaissent cette comédie, la supportent en haussant les épaules, et finissent par ne plus voir très clairement ce qu’elle a d’étrange et d’immoral. Mais avant de médire des indulgences des jurés en matière de presse, qu’on veuille bien songer à l’impression produite sur leurs consciences par l’apparition incompréhensible de cet innocent substitué aux coupables ! Comment ne ressentiraient-ils pas une grande surprise, suivie d’un peu d’indignation ? Quoi ! l’auteur de l’article poursuivi, le directeur du journal sont absens, et c’est sur un pauvre homme, inconscient du délit commis, qu’on leur demande de frapper ? Pour leurs esprits simples la fiction de la gérance se réduit à ces termes, et c’est miracle si en pareil cas le jury n’acquitte pas toujours.

Mais, dira-t-on, dans beaucoup de cas, l’article est signé, et alors le jury se trouve en présence de l’auteur de l’article, c’est-à-dire d’une des personnes vraiment responsables. Sans doute, mais en ce cas encore, le personnage assis à côté de l’écrivain est toujours cet innocent gérant, homme de paille, qui protège encore sinon l’écrivain, du moins le directeur réel et le propriétaire du journal, contre les responsabilités effectives, civiles ou pénales.

Dans l’affaire qui nous occupe, le gérant, on le sait, est seul