Page:Revue des Deux Mondes - 1904 - tome 20.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


trouvez bon, madame, que je commence par le vôtre. Il est grand, mais de grandeur médiocre ; il est blanc, un peu aquilin, et rend votre ris fort spirituel. » Une autre phrase de Huet nous fait entrevoir les accommodemens du costume monastique avec la coquetterie, chez ces pseudo-religieuses dont l’espèces, qu’il n’y a vraiment pas lieu de regretter, était destinée à disparaître avec la réforme des couvens : «… On ne peut imaginer, poursuivait le futur évêque, de plus beaux cheveux que les vôtres ; ils sont d’un blond cendré et frisés d’une manière fort agréable, et ils accompagneraient admirablement bien votre visage, à ce que j’ai pu juger quand ils se sont dérobés par hasard au soin que vous prenez de les cacher. »

Après le corps venaient l’humeur, les goûts, les qualités de l’esprit et ses défauts. C’est là que gît l’intérêt durable des Portraits. Il est précieux de savoir de première main, par ses propres confidences, que cette société aristocratique, de qui le Roi allait exiger le sacrifice complet de son indépendance, ne haïssait rien tant que la contrainte, et ne se gênait pas pour le dire. Hommes ou femmes, tous ceux qui parlent pour eux-mêmes en reviennent toujours là, et presque dans les mêmes termes : « — Je hais la contrainte… La contrainte m’est insupportable… j’ai aversion pour tout ce qui s’appelle contrainte… Je souffre impatiemment l’oppression, et j’aime passionnément la liberté… » Au point de vue de la monarchie absolue et de la discipline qu’elle impose à une Cour, la noblesse française avait de bien mauvaises habitudes.

Elle professait l’amour des vertus chevaleresques et la haine de tout ce qui ressemble à bassesse ou déloyauté. En quoi elle était sincère, à condition d’admettre que les opinions des hommes sont changeantes, même en morale, et que nous aurions aujourd’hui de la peine à nous entendre avec un gentilhomme de 1660 sur ce qui est loyal, ou bas, et ce qui ne l’est pas. L’honneur lui commandait de venger ses offenses, sans regarder de trop près aux moyens. L’usage l’autorisait à être injuste et de mauvaise foi avec les petits et les faibles, en particulier lorsqu’il leur devait de l’argent ; la probité était une vertu bourgeoise. Mademoiselle trouvait indigne que les gens de qualité abusassent de leur « autorité » pour « ruiner de misérables créanciers. » Mais elle était parmi les exceptions.

Le droit d’avoir « de l’honneur » s’étendait à toutes les