Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 37.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fortement enracinées dans ces régions méditerranéennes, qui refusaient aux armes une prépondérance exclusive et honoraient les carrières civiles à l’égal du service militaire. On sait que les grandes familles de Provence furent, indifféremment et à la fois, de robe ou d’épée.

Dans le reste du royaume, les médecins étaient de petite extraction. Nous n’avons guère de renseignemens sur eux, pas plus d’ailleurs que sur les avocats, les marchands, les paysans, les petits fonctionnaires et même les hobereaux de province qui composaient la presque-universalité de l’ordre privilégié. Sur la Cour, l’hôtel de Rambouillet, Port-Royal, les maîtresses du Roi, les beaux esprits et les faits de guerre, nous savons presque tout ; mais assez peu de chose sur les vingt millions de sujets du royaume.

Le corps médical, sauf rares exceptions comme Braver qui avait de son chef une belle fortune, se recrutait dans la plus humble bourgeoisie. A ses membres, leur état ne donnait qu’un rang médiocre et ils ne sortaient guère de leur état. L’exemple de Claude Perrault qui,

Laissant de Galien la science suspecte,
De méchant médecin devint bon architecte,

est un exemple à peu près unique. Une honnête aisance et le décanat de la faculté étaient le summum des ambitions de ceux qui exerçaient à « la ville. » Ceux qui, par leur charge, avaient l’accès de « la cour » pouvaient élargir le champ de leurs espérances ; mais, sur ce terrain mouvant, les risques étaient considérables. Le type du médecin bourgeois, c’est Gui Patin, dont les parens avaient eu sept enfans : cinq filles dotées à part et deux fils qui eurent à partager 2 100 francs de rente.

Reçu docteur à vingt-six ans (1627), Patin, qui s’était fait un moment correcteur d’imprimerie, pour vivre durant sa période d’études, eut la chance d’épouser une femme qui devait lui apporter un jour 300 000 francs de capital. Cette succession, recueillie par lui aux environs de la cinquantième année, paraît avoir été le plus clair de ses gains professionnels. On le voit alors acheter une « belle maison des champs » pour 49 000 francs, à trois lieues de la capitale et, dans Paris même, place du Chevalier-du-Guet, un immeuble de 90 000 francs, où se trouve une vaste « étude, » — cabinet de travail, dirions-nous, — dans