Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 37.djvu/402

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Poésies


POÉSIES



RETOUR EN FORÊT


J’ai quitté le plateau rocheux de la colline,
Et voici qu’au détour du sentier m’apparait,
Sous le blond poudroiement du soleil qui décline,
Le royaume onduleux de l’antique forêt.

La profonde futaie et les gorges mouillées
Par les ruisseaux fumant à la fraîcheur du soir ;
Le vieux moulin blotti dans un creux de feuillées,
Dont l’eau bleue à bruit sourd tombe du déversoir ;

La clairière fleurie où rougissent les fraises,
La prairie enclavée au milieu des halliers,
Les murgers surplombant ainsi que des falaises
Une mer de verdure étalée à leurs pieds ;

Rien de toi n’a changé, forêt de ma jeunesse !
Telle tu fus jadis, telle je te revois,
Et ta sauvage odeur, comme une charmeresse,
Ressuscite à mes yeux les étés d’autrefois.

Tu restes toujours belle, et tu grâce est la même.
Depuis les anciens jours, moi seul ai dû changer,
Car lorsque je reviens vers toi, tes bois que j’aime
Me regardent passer ainsi qu’un étranger.