Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 58.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


comme la Turquie et d’un gouvernement qui, à d’autres égards, mérite de sincères sympathies comme celui des Jeunes-Turcs.

Il faut espérer que ces observations seront écoutées. Si la Porte pouvait avoir des griefs contre quelqu’un, en dehors de la Crète, ce serait contre les puissances elles-mêmes qui ont pris l’Ile à charge, et non pas contre la Grèce qui n’en peut mais. Les amis de la paix voient avec peine un état d’agitation qui maintient en Orient une insécurité inquiétante, car si le feu prenait quelque part au milieu de tant de matières combustibles, qui peut dire jusqu’où il s’étendrait ?


Un des souverains qui jouent un des rôles les plus importans sur la scène orientale est en ce moment à Paris : nous voulons parler du roi Ferdinand de Bulgarie : il est venu, accompagné de la reine Éléonore, faire visite à la France et à son gouvernement. Qu’ils soient les bienvenus parmi nous. Dans les discours échangés au banquet de l’Elysée, M. le président de la République a fait allusion aux liens qui attachent le roi Ferdinand au passé historique de notre pays : sa mère, en effet, était une princesse française, et ce souvenir est de nature à lui valoir des sympathies, même au milieu d’une nation qui s’est donné des institutions nouvelles et y a attaché ses destinées. Au reste, le roi des Bulgares en mérite, soit pour lui-même, soit pour le peuple qu’il représente et dont tous ceux qui le connaissent ont apprécié le caractère profondément sérieux. Lorsque le prince Ferdinand a accepté, il y a quelque vingt-cinq ans, d’aller à Sofia, les difficultés de sa tâche étaient si grandes qu’il a semblé faire une gageure : il l’a gagnée à force d’esprit politique, d’habileté, de ténacité. Il a également contribué au développement intérieur de la Bulgarie et à son affermissement international. Mais ce n’est pas le moment de juger sa politique, qui a reçu la meilleure des consécrations, celle du succès. Nous voulons seulement dire la satisfaction avec laquelle nous l’avons vu en France, et exprimer le désir qu’il en emporte la même bonne impression qu’il y laissera.


FRANCIS CHARMES.

Le Directeur-Gérant, FRANCIS CHARMES.