Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 60.djvu/845

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

gauche, consécutive à une infection aiguë ; pour Brachet, ostéopériostite typhique ( ? ). De 1304 à 1366, seconde maladie : impotence relative des membres supérieurs et inférieurs, mains froides et enflées, pâleur et maigreur cachectique ; pour Brachet, goutte et cachexie goutteuse ( ? ?). Mort en 1380, après quelques jours d’une agonie très douloureuse, avec orthopnée, angoisse, loquacité ; pour Brachet, angine de poitrine, consécutive à une lésion aortique d’origine goutteuse ( ? ? ? ).

Grand-père : Jean le Bon (1319-1364). Fut atteint, en juin 1335, de « Séphire, » affection aiguë, caractérisée par la présence de nodosités sur les membres, avec érythème, et curable après une évolution de deux ou trois septénaires : identifiée par Brachet à l’érythème noueux des rhumatisans.

Sans remonter plus haut dans le détail de l’hérédité paternelle et maternelle de Charles VI, j’insisterai cependant sur l’importance et la multiplicité des mariages consanguins dans la famille royale. Charles VI descend, en effet, de deux frères, saint Louis et Charles d’Anjou, qui se sont mariés à deux sœurs, Marguerite de Provence et Béatrix de Provence ; et, à partir de cette date jusqu’à la naissance de Charles VI, c’est-à-dire pendant plus de deux siècles, aucun des mariages royaux ne s’est exercé hors de cette famille de saint Louis. Il y a là un remarquable exemple d’une accumulation d’hérédité morbide par consanguinité.

Raisonnant sur ces données, A. Brachet a résumé l’hérédité pathologique de Charles VI dans les trois formules suivantes :


Lignée materne

lle vésanique.

Lignée paternelle arthritique.
Consanguinité univoque.


Dans la démonstration précise d’une notion aussi vague en elle-même que l’arthritisme et aussi insuffisamment établie par les documens historiques, je me garderai bien d’être aussi affirmatif qu’A. Brachet sur la tare arthritique de l’hérédité paternelle.


III. — LES ANTÉCÉDENS PERSONNELS DU ROI

Tous les contemporains, peut-être avec un peu de complaisance, s’accordent à vanter les avantages physiques du Roi.