Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 40.djvu/713

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




Si nous n’avions pas eu, sur le front russe, faisant suite aux opérations de BroussilofT autour de Brzezany, l’ofTensive de Korniloff au Nord-Ouest de Stanislau, la quinzaine, du 10 au 25 juillet, appartiendrait militairement et politiquement à l’Allemagne. L’histoire politique et militaire, ou, pour rester dans les proportions, la chronique de cette quinzaine se ramènerait presque toute, comme à son point central, à l’action et à la situation de l’Empipe allemand. Mais on ne saurait négliger de mettre en leur juste valeur les événemens de Galicie. L’élan de Korniloff avait, en deux bonds, porté son armée sur la Lomnitza jusqu’à Ilalicz et à Kalusz. Contre-attaquée violemment, cette armée, deux fois victorieuse, a dû évacuer Kalusz, et se retirer sur la rive droite de la rivière. Le prince Léopold de Bavière menace Tarnopol. Les Russes n’en ont pas moins, en treize jours, fait plus de 36 000 prisonniers et enlevé près de cent canons. Ici ou là, ils peuvent bien être battus, mais ils se battent. Certaines gazettes des deux Aile magnes, de l’Allemagne prussienne et de l’Allemagne autrichienne, n’en reviennent pas de leur étonnement et crient à l’ingratitude. Eh ! quoi, les Impériaux ont eu la magnanimité de ne pas profiter de l’anarchie des mois passés pour écraser dans l’œuf la révolution russe, de traiter cet ennemi en ami et en frère, de le ménager, de le caresser presque, et, au lieu de Taccabler, de le flatter afin de se le réconcilier, et voilà en quelle monnaie ils en sont payés! Ce désespoir serait du plus profond comique, si l’hypocrisie, même conduisant au ridicule, n’était pas toujours odieuse et si, tandis qu’elle suspendait son offensive militaire, l’Allemagne n’avait pas poussé à fond, de toutes ses ressources, par tous ses moyens, et d’abord par ceux qui lui ont à jamais valu la réprobation du monde, son offensive diplomatique. Mais il faudrait que la