Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 43.djvu/586

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avocat de Marseille, et celui qu’on appelait le « farouche » Agénon. Son ancien professeur de la pension Spiess, Dolques, le serra dans ses bras. Emile Ollivier lui demanda d’être son secrétaire particulier : Dolques, très répandu dans la société marseillaise, pouvait mieux qu’aucun le guider dans certaines démarches, et ce secrétaire fut en effet un auxiliaire précieux. Masnou, qui prit le poste de secrétaire général, Eugène Picard, un camarade de l’Ecole, homme pratique, avisé et sage, qui fut chef de cabinet, achevèrent de l’entourer d’amis dévoués et intelligens.

Exténué par ce long voyage et ces premières émotions, Emile Ollivier allait se reposer lorsque, à neuf heures du soir, une bande nombreuse se présenta dans la cour de la préfecture sous la conduite d’Agénon. Celui-ci, dans son entrevue de l’après-midi, avait réclamé d’être nommé immédiatement maire de Marseille et, courroucé de la froideur avec laquelle avait été accueillie son injonction, revenait, à la tête de ses troupes, sommer le fils de son ami Démosthènes d’adopter une politique révolutionnaire, de destituer séance tenante M. de Montricher, l’ingénieur du canal de la Durance, de mettre en prison l’évêque, Mgr de Mazenod, et d’instituer, sous le nom de Commission municipale, un Comité de salut public. Le commissaire écouta la sommation jusqu’au bout ; puis, quand elle fut terminée, il répondit d’un ton calme :

— Messieurs, j’honore vos dévouemens, j’aurais été heureux de suivre vos inspirations et je suis désolé de ne le pouvoir. Non seulement je ne destituerai pas M. de Montricher, dont la probité égale la haute valeur technique, mais je compte le mettre à la tête des ateliers nationaux qui vont être ouverts dans la ville. Non seulement je n’emprisonnerai pas Mgr de Mazenod, mais quoique, selon la règle, je doive attendre sa visite, j’irai moi-même le visiter demain. Non seulement, je ne mettrai pas en vos mains seules l’administration municipale, mais en réservant aux républicains de la veille la part légitime à laquelle ils ont droit, je compte offrir aux représentans autorisés des autres partis d’entrer dans la Commission municipale de manière qu’il n’y ait pas sous mon gouvernement des vainqueurs proscrivant des vaincus. »

On devine la stupeur, puis la rage qui accueillirent ces déclarations. Quoi ! c’était là ce fils de Démosthènes dont les