Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


secousses, et selon ce qu’elles ont laissé derrière elle, il convient d’organiser la France et de la conduire, voilà ce qu’il y a à étudier dans Adolphe Thiers.


I

Ce sage, car il le fut, était de race turbulente et agitée. Provençal, Marseillais, fils d’un homme très désordonné dans sa vie, il avait, dans son adolescence et sa jeunesse, une vivacité, un emportement même et d’impétueuses saillies, dont il lui est toujours resté quelque chose, et qui faisait dire à un vieux fonctionnaire du premier Empire : « Il me rappelle la manière, le geste et la parole de l’Empereur, les jours où il n’était pas très raisonnable. » Et de même Talleyrand, l’examinant de son regard aigu et froid : « Ce jeune homme a bien de l’esprit… Il sera ministre… Il perdra la France. »

On voyait en lui, quand on l’écoutait causer, la petite taille et l’accent quasi-italien aidant, comme un diminutif du grand audacieux, pétillant d’intelligence, brûlant d’activité, terrible de décision, et capable de ces grandes choses qui deviennent de grandes folies.

Ce n’était qu’extérieur, ou plutôt, ce n’était qu’une partie de lui. Il était impétueux, mais très prudent en même temps, et très avisé, et très soucieux d’explorer, de connaître et d’observer les bornes exactes du réel et du possible. Il ne conciliait pas ses contrastes, et l’on verra qu’une de ses deux natures l’emporta assez souvent loin de l’autre ; mais les parties solides de sa complexion savaient, le plus souvent, maîtriser les autres, et, le temps aidant, son habileté sut même, fréquemment, mettre sa fougue au service d’un dessein froidement conçu et en user comme d’une adresse.

Quant au fond, il était fait d’un bon sens très vigoureux et très tenace. Mais bon sens est un mot très général, et c’est le bon sens particulier de Thiers qu’il s’agit de définir. Le bon sens de Thiers était surtout l’amour des faits. Thiers aimait les faits avec passion. Il était né historien, et historien d’histoire contemporaine. Il n’était à l’aise et joyeux que là où le document abondait et surabondait, s’empilait dans des montagnes de liasses d’archives, se déversait de mille mémoires ou rapports, accourait à lui par la parole des témoins oculaires. Point de