Page:Revue philosophique de la France et de l'étranger, III.djvu/586

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PHILOSOPHES CONTEMPOUAINS

��M. RENOUVIER

ET

LE GRITIGISME FRANÇAIS*

��IX

La causalité et la nécessité.

Aucun philosophe, à ma connaissance, n'a fait une aussi grande place à la liberté dans ses écrits et ne lui a accordé un rôle aussi considérable dans les faits psychologiques, moraux et sociaux, que l'auteur des Essais de critique générale et de la Science de la morale. Il semble qu'il n'y ait plus rien à dire sur un sujet qu'ont traité tous les philosophes de tous les temps : M. Renouvier a su cependant le renouveler dans nombre de points de la plus haute importance, tantôt en s'inspirant de Jules Lequier. tantôt, et le plus souvent, par des vues toutes personnelles. Ses publications les plus diverses ne sont, en somme, que les différents chapitres de ce qu'on pourrait appeler une philosophie de la Uberté. Quand même on rejetterait, complètement ou non, la méthode mathématique de l'au- teur et son essai de système des catégories, toute la partie de son oeuvre qui est consacrée à la volonté humaine n'en subsisterait pas moins. C'est là, si je ne me trompe, ce qui recommandera avant tout M. Renouvier à la postérité et ce qui marquera sa place parmi les esprits les plus soHdes de notre temps.

Ajoutons, c'est justice, que les ouvrages ou parties d'ouvrages dans lesquels l'auteur traite les problèmes moraux, sont, d'ordinaire, d'une lecture très-facile. L'auteur ne s'y défait pas toujours assez

1. Voir les deux numéros précédents de la Revue philosophique.

�� �