Page:Richard - Le véritable conducteur aux Cimetières du Père La Chaise, Montmartre, Mont-Parnasse et Vaugirard.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encore plus rare. Bloqué au sortir de Malte, par une escadre anglaise, le 30 mars 1800, le vaisseau le Guillaume Tel qu’il montait, est démâté, désagréé, criblé, rasé ; le feu prend à la Ste. Barbe, il saute ; Decrès saute avec lui et est fait prisonnier. Une suite d’actions du même genre lui mérita bientôt le poste honorable où il fut appelé ; nul mieux que lui n’eut pu le remplir. Ce ministre-là avait vu la mer, ce qui n’est pas très-commun de nos jours chez un ministre de la marine ; hélas ! que lui servit d’avoir échappé à tant de dangers ! Un scélérat à son service, pour cacher les vols qu’il lui avait faits, plaça dans son lit plusieurs livres de poudre auxquelles il mit le feu à l’aide d’une traînée ; et celui qui avait survécu à l’embrasement de son vaisseau, périt le 8 décembre 1821, dans son palais, dans sa chambre, au milieu de la nuit, victime d’un complot obscur… Ah ! ce n’était pas là la mort que le ciel devait à un tel homme ; donnons une larme à sa mémoire… !

A quelques pas de distance, en remontant, nous rencontrons la tombe de la maréchale et du maréchal Serrurier, doyen des maréchaux, homme d’une bravoure et d’une probité éprouvées : on n’eut jamais cru, à ses mœurs simples et douces, que la nature l’eût doué d’un courage aussi ardent.. La mort le surprit à son poste de gouverneur des Invalides, et les regrets de tous les vétérans le suivirent dans la tombe. Né à Laon, le 8 décembre 1742, il est mort à Paris, le 21 décembre 1819.

Les restes mortels de l’héritière d’un grand nom, la duchesse de Mazarin, reposent sans orgueil près de la tombe d’une roturière et le sarcophage élevé par le général Thiébault, à la mémoire de son épouse.

Le comte de la Martillière, homme sans doute d’une caractère guerrier, puisque son sarcophage est entouré de petits canons, dort paisiblement depuis le 27 mars 1732, et en vrai bonhomme, à côté des sépultures d’honnêtes et dignes bourgeois, les familles Hibon et Debruge.