Page:Richer - Anatomie artistique, 1.djvu/145

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
133
MUSCLES DU MEMBRE INFÉRIEUR.


Long fléchisseur commun des orteils. (Pl. 65, fig. 3, et pl. 66, fig. 1.)


Insertions : en haut, à la ligne oblique et au tiers moyen de la face postérieure du tibia ;

En bas, à la base des phalanges unguéales.

Action. — Il est fléchisseur des dernières phalanges.


Long fléchisseur propre du gros orteil. (Pl. 65, fig. 3, et pl. 66, fig. 1.)


Insertions : en haut, aux deux tiers inférieurs de la face postérieure du péroné ;

En bas, à l’extrémité postérieure de la phalange unguéale du gros orteil.

Action. — Il est fléchisseur de la dernière phalange du gros orteil.


Triceps sural et plantaire grêle. (Pl. 66, fig. 2 et 3.)


Insertions : en haut, au-dessus du condyle interne du fémur, au tubercule sus-condylien, à une fossette de la face interne du condyle (jumeau interne), au-dessus du condyle externe du fémur, au tubercule sus-condylien, à une fossette de la face externe du condyle au-dessus de l’insertion du poplité (jumeau externe), à la tête et au tiers supérieur de la face postérieure du péroné, à la ligne oblique du tibia et au tiers moyen de son bord interne (soléaire) ;

En bas, à la partie moyenne de la face postérieure du calcanéum (tendon d’Achille).

Le plantaire grêle est un tout petit muscle dont le corps charnu surmonte le jumeau externe et qui se termine par un très long tendon descendant jusqu’au calcanéum, en dedans du tendon d’Achille.

Le triceps sural se compose, dans sa portion supérieure charnue, de deux couches l’une profonde, le soléaire ; l’autre superficielle, les deux jumeaux.

Le soléaire forme un corps charnu, aplati, composé de fibres musculaires courtes, obliquement dirigées et se rendant à une cloison aponévrotique antéro-postérieure. Ses deux bords seuls apparaissent, sur l’écorché, aux côtés correspondants du membre. Une très forte aponévrose occupe la face postérieure et se réunit à celles des jumeaux pour former le tendon d’Achille que les fibres charnues du soléaire accompagnent assez bas sur les côtés.

Les jumeaux nés de chacun des condyles se réunissent sur la ligne médiane. Une forte aponévrose descend sur le milieu de la face postérieure de chacun d’eux et est la cause de méplats latéraux. L’extrémité inférieure des fibres charnues descend plus ou moins bas,