Page:Richet - Traité de métapsychique.djvu/779

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CONCLUSION 767

indique un fait par un mot. A vrai dire ce n'est rien de plus qu'un mot, puisque cryptesthésie signifie qu'il y a une voie de connais- sance ignorée de nous. Mais, en attendant que la théorie soit donnée, le fait doit suffire.

Eu tout cas la télépathie suppose la cryptesthésie, puisque cette faculté de l'intelligence d'être ébranlée par les vibrations d'une pensée humaine suppose une fonction absolument nouvelle, pro- fondément incompréhensible. Qu'un dessin, connu par A et enfermé dans une enveloppe opaque, soit reproduit parB, c'est absolument mystérieux. Or le mystère ne sera pas plus profond si A, qui tient le dessin à la main, n'a aucune idée de ce que ce dessin représente. Peut-être même la vibration mentale de A quand il se figure tel ou tel dessin, est-elle en soi plus obscure que les nets linéaments d'un dessin enfermé dans une boîte.

Après tout, peu importe que la difficulté soit plus ou moins grande: les faits sont là, — toujours les faits — qui, avec leur bru- talité inexorable, nous commandent d'accepter à la fois et la cryptesthésie et la télépathie.

Tout ce que nous pouvons accorder, c'est que la télépathie est un cas spécial et fréquent de la cryptesthésie.

IX

Lorsque nous parlons, sans plus, d'une faculté de connaissance mystérieuse, nous ne faisons qu'établir notre ignorance. Et cette ignorance est aussi énorme que la cryptesthésie même. Nous ne pouvons lui assigner des limites.

Mad. Piper parle à Mad. Verrall d'une tante Suzanne, née en 1791, qui avait chez elle le portrait de son fils peint à l'huile. Voilà un fait que Mad. Verrall ignorait complètement et avait toujours ignoré. Comment la connaissance de ce détail, précis et minuscule, a-t-elle pu parvenir à l'intelligence de Mad. Piper ?

On a fait une première hypothèse ; on a supposé que les choses soi-disant inertes émettent des vibrations particulières, des éma- nations en quelque sorte, qui, quoique n'ébranlant pas nos sens normaux, peuvent éveiller la cryptesthésie des sensitifs.

Les émanations qui se dégagent des sources souterraines ou

�� �