Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
186
NÉNUPHAR.

Qui semble attendre, avec la peur qu’un pli se froisse,
Que la Procession en passant l’ait cueilli
— Lui tout en blanc et par avance recueilli ―
Pour faire dans l’encens le tour de la paroisse !
Nénuphar ! innocence unanime, âme et corps !
Fleur digne d’escorter la Madone et la Châsse ;
Aussi chastement blanche au dedans qu’au dehors ;
Fleur qu’on devine bien toute en état de grâce.


1894