Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POUR LE TOMBEAU DE VERLAINE


 
C’était toute douceur et nuance et sourdine
De lys purs qui seraient sensitives, et d’une
Figure de clarté qui serait clair de lune,
Figure de Béguine ou de Visitandine.

C’était tout falbalas et brumes en écharpes ;
C’était toute musique, en pleurs d’être charnelle ;
Et frissons d’une harpe qui serait une aile ;
Car les ailes du cygne ont la forme des harpes.