Page:Rodenbach - Le Règne du silence, 1901.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fuite du clair sommeil et des rêves ! émoi
De l’eau qui se déclôt et qui se désargente !
Or ce désordre blanc qui jonche les bassins,
Ces glaçons bousculés comme des traversins,
N’est-ce pas tout l’ennui, le désarroi précoce
D’un lit défait où pleure un lendemain de noce ?…