Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prendre… Pourtant, une rancune persistait, aggravée par l’apparition hallucinante de Charles :

— Comme j’ai souffert ! dit-il.

— Moins que moi, peut-être !… Car je savais que vous me méprisiez.

Cette idée fut douce au jeune homme et le remplit d’indulgence.

— Pourquoi ne m’avoir pas écrit !

— Je n’osais pas…

Ils se regardaient en-dessous, comme deux lutteurs sans courage. Lui ne rêvait que de reprendre hâtivement l’aventure, au point où elle avait été suspendue, mais il craignait de tout détruire par un geste maladroit, et sentait croître sa pusillanimité.

Elle, avec une force croissante, concevait que la défaite brusque lui enlèverait tout