Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ragueneau.

Bravo ? J’ai vu…Quoi donc !Votre combat !…


Cyrano.

Bravo ? J’ai vu…Quoi donc !Votre combat !…Lequel ?


Ragueneau.

Celui de l’Hôtel de Bourgogne !


Cyrano, avec dédain.

Celui de l’Hôtel de Bourgogne !Ah !… Le duel !…


Ragueneau, admiratif.

Oui, le duel en vers !…


Lise.

Oui, le duel en vers !…Il en a plein la bouche !


Cyrano.

Allons ! tant mieux !


Ragueneau, se fendant avec une broche qu’il a saisi.

Allons ! tant mieux !« À la fin de l’envoi, je touche !…
À la fin de l’envoi, je touche !… » Que c’est beau !

(Avec un enthousiasme croissant.)

« À la fin de l’envoi… »


Cyrano.

« À la fin de l’envoi… »Quelle heure, Ragueneau ?


Ragueneau, restant fendu pour regarder l’horloge.

Six heures cinq !… « …Je touche ! »

(Il se relève.)

Six heures cinq !… « …Je touche ! » … Oh ! faire une ballade


Lise, à Cyrano, qui en passant devant son comptoir lui a serré distraitement la main.

Qu’avez-vous à la main ?


Cyrano.

Qu’avez-vous à la main ?Rien. Une estafilade.


Ragueneau.

Courûtes-vous quelque péril ?


Cyrano.

Courûtes-vous quelque péril ?Aucun péril.


Lise, le menaçant du doigt.

Je crois que vous mentez !


Cyrano.

Je crois que vous mentez !Mon nez remuerait-il ?