Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Cyrano, se frappant sa poitrine.

Six et quart !……un seul mot de tous ceux que j’ai là !
Tandis qu’en écrivant…

(Il reprend la plume.)

Tandis qu’en écrivant…Eh bien ! écrivons-la,
Cette lettre d’amour qu’en moi-même j’ai faite
Et refaite cent fois, de sorte qu’elle est prête,
Et que mettant mon âme à côté du papier,
Je n’ai tout simplement qu’à la recopier.

(Il écrit. Derrière le vitrage de la porte on voit s’agiter des silhouettes maigres et hésitantes.)

Scène IV

RAGUENEAU, LISE, LE MOUSQUETAIRE, CYRANO, à la petite table écrivant, LES POÈTES, vêtus de noir, les bas tombants, couverts de boue.


Lise, entrant, à Ragueneau.

Les voici vos crottés !


Premier poète, entrant, à Ragueneau.

Les voici vos crottés !Confrère !…


Deuxieme poète, de même, lui secouant les mains.

Les voici vos crottés !Confrère !…Cher confrère !


Troisieme poète.

Aigle des pâtissiers !

(Il renifle.)

Aigle des pâtissiers !Ça sent bon dans votre aire.


Quatrieme poète.

Ô Phœbus-Rôtisseur !


Cinquieme poète.

Ô Phœbus-Rôtisseur !Apollon maître-queux !…


Ragueneau, entouré, embrassé, secoué.

Comme on est tout de suite à son aise avec eux !…


Premier poète.

Nous fûmes retardés par la foule attroupée
À la porte de Nesle !…