Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Deuxieme poète.

À la porte de Nesle !…Ouverts à coups d’épée,
Huit malandrins sanglants illustraient les pavés !


Cyrano, levant une seconde la tête.

Huit ?… Tiens, je croyais sept.

(Il reprend sa lettre.)


Ragueneau, à Cyrano.

Huit ?… Tiens, je croyais sept.Est-ce que vous savez
Le héros du combat ?


Cyrano, négligemment.

Le héros du combat ?Moi ?… Non !


Lise, au mousquetaire.

Le héros du combat ?Moi ?… Non !Et vous ?


Le mousquetaire, se frisant la moustache.

Le héros du combat ?Moi ?… Non !Et vous ?Peut-être !


Cyrano, écrivant, à part, on l’entend murmurer de temps en temps.

Je vous aime…


Premier poète.

Je vous aime…Un seul homme, assurait-on, sut mettre
Toute une bande en fuite !…


Deuxieme poète.

Toute une bande en fuite !…Oh ! c’était curieux !
Des piques, des bâtons jonchaient le sol !…


Cyrano, écrivant.

Des piques, des bâtons jonchaient le sol !……vos yeux…


Troisieme poète.

On trouvait des chapeaux jusqu’au quai des Orfèvres !


Premier poète.

Sapristi ! ce dut être féroce…


Cyrano, même jeu.

Sapristi ! ce dut être féroce……vos lèvres…


Premier poète.

Un terrible géant, l’auteur de ces exploits !


Cyrano, même jeu.

…Et je m’évanouis de peur quand je vous vois.


Deuxieme poète, happant un gâteau.

Qu’as-tu rimé de neuf, Ragueneau ?