Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t10.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LES

CONFESSIONS

DE

J. J. ROUSSEAU.



LIVRE SECONDE.


Autant le moment où l’effroi me suggéra le projet de fuir m’avoit paru triste, autant celui où je l’exécutai me parut charmant. Encore enfant, quitter mon pays, mes parens, mes appuis, mes ressources, laisser un apprentissage à moitié fait sans savoir mon métier assez pour en vivre ; me livrer aux horreurs de la misere sans voir aucun moyen d’en sortir ; dans l’âge de la foiblesse & de l’innocence m’exposer à toutes les tentations du vice & du désespoir ; chercher au loin les maux, les erreurs, les piéges, l’esclavage & la mort, sous un joug bien plus inflexible que celui que je n’avois pu souffrir ; c’étoit-là ce que j’allois faire, c’étoit la perspective que j’aurois dû envisager. Que celle que je me peignois étoit différente ! L’indépendance que je croyois avoir acquise étoit le seul sentiment qui m’affectoit. Libre & maître de moi-même, je croyois pouvoir tout faire, atteindre à tout : je n’avois qu’à m’élancer pour m’élever & voler dans les airs. J’entrois avec