Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES ROIS, LES GRANDS, LES RICHES.

9. "NOUS étions faits pour être hommes, les loix & la société nous ont replonges dans l’enfance. Les Rois les Grands les Riches sont tous des enfans qui voyant qu’on s’empresse à soulager leur misère, tirent de cela même une vanité puérile, & sont tout fiers de soins qu’on ne leur rendroit pas s’ils étoient hommes faits." Emile L. 2.

10. "C’est ainsi qu’il dut venir un tems ou les yeux du peuple furent fascines a tel point que ses conducteurs n’avoient qu’a dire au plus petit des hommes, sois grand, toi & à toute ta race ; aussi-tôt il paroissoit grand aux yeux de tout le monde & aux siens, & ses descendans s’elevoient encore à messire qu’ils s’eloignoient de lui ; plus la cause étroit reculée & incertaine, & plus l’effet l’augmentoit ; plus on pouvoit compter de fainéans dans une famille & plus elle a devenoit illustre." Disc. sur l’inégalité.

11. "Les peuples une sois accoutumes à des maîtres ne sont plus en état de s’en passer. S’ils tentent de secouer le joug, ils s’éloignent d’autant plus de la liberté que, prenant pour elle une licence effrénée qui lui est opposée, leurs révolutions les livrent presque toujours à des séducteurs qui sous le leurre de la liberté ne sont qu’aggraver leurs chaînes." Ep. dedic. du Disc. sur l’inégalité.

12. "Ce petit garçon que vous voyer-la,disoit Thémistocle à ses amis, est l’arbitre de la Grece : car il gouverne sa