Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Rousseau.

II ne fait pas la musique ! Voila encore une de ces découvertes auxquelles je ne me serois pas attendu.

Le François.

N’en croyez la-dessus ni moi ni personne, mais vérifiez par vous- même.

Rousseau.

Si j’avois à surmonter l’horreur d’approcher du personnage que vous venez de peindre, ce ne seroit assurément pas pour vérifier s’il sait la musique : la question n’est pas assez intéressante lorsqu’il s’agit d’un pareil scélérat.

Le François.

Il faut qu’elle ait paru moins indifférente à nos Messieurs qu’à vous : car les peines incroyables qu’ils ont prises & prennent encore tous les jours pour établir de mieux en mieux dans le public cette preuve passent encore ce qu’ils ont fait pour mettre en évidence celle de ses crimes.

Rousseau.

Cela me paroît assez bizarre ; car quand on a si bien prouve le plus, d’ordinaire on ne s’agite pas si sort pour prouver le moins.

Le François.

Oh vis-a-vis d’un tel homme on ne doit négliger ni le plus ni le moins. À l’horreur du vice se joint l’amour de la vérité, pour détruire dans toutes ses branches une réputation