Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/374

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



UNE CASTILLANE
Volez, conquérans redoutables,
Allez remplir de grands destins :
Avec des armes plus aimables,
Nos triomphes sont plus certains
Qu’ici d’une gloire immortelle
Chacun se couronne à son tour :
Guerriers, vous y portez l’empire d’Isabelle,
Nous y portons l’empire de l’amour,
Volez, conquérans, &c.
Danses.


ALVAR ET LA CASTILLANE.
Jeunes beautés, guerriers terribles,
Unissez -vous, soumettez l’univers.
Si quelqu’un se dérobe à des coups invincibles,
Par de beaux yeux qu’il soit chargé de fers.


Colomb.


C’est assez exprimer notre allégresse extrême,
Nous devons nos momens à de plus doux transports.
Allons aux habitans, qui vivent sur ces bords,
De leur nouveau destin porter l’arrêt suprême.
Alvar, de nos vaisseaux ne vous éloignez pas ;
Dans ces détours cachés dispersez vos soldats.
La gloire d’un guerrier est assez satisfaite,
S’il peut favoriser une heureuse retraite :