Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Allez ; si nous avons à livrer des combats,
II sera bientôt tems d’illustrer votre bras.


Chœur.


Triomphons, triomphons sur la terre & sur l’onde ;
Portons nos loix au bout de l’univers :
Notre audace, en ce jour, découvre un nouveau monde :
Nous sommes faits pour lui donner des fers.


SCENE II.
CARIME seule.
Transports de ma fureur, amour, rage funeste ;
Tyrans de la raison, où guidez-vous mes pas ?
C’est assez déchirer mon cœur par vos combats ;
Ha ! du moins éteignez un feu que je déteste,
Par mes pleurs ou par mon trépas.
Mais je l’espere en vain, l’ingrat y regne encore,
Ses outrages cruels n’ont pu me dégager.
Je reconnois toujours, hélas ! que je l’adore,
Par mon ardeur à m’en venger.
Transports de ma fureur, &c.
Mais que servent ces pleurs ?.... Qu’elle pleure elle-même.
C’est ici le séjour des enfans du soleil,
Voilà de leur abord le superbe appareil,
Qu’y viens-je faire hélas ! dans ma fureur extrême ?
Je viens leur livrer ce que j’aime,