Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/395

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Il a beau savoir que je l’aime,
Je n’en suis pas mieux dans son cœur.
Il ose soupirer pour la fille d’Ortule ;
Elle-même jusqu’a ce jour
A su partager son amour
Et malgré sa fierté, malgré tout son scrupule,
Je l’ai vu s’attendrir & l’aimer à son tour.
Seule, de son secret le tiens la confidence ;
Elle m’a fait l’aveu de leurs plus tendres feux.
Oh ! qu’une telle confiance
Est dure à supporter pour mon cœur amoureux !


ORANE.
Quel que soit l’excès de sa flâme,
Elle brisé aujourd’hui les nœuds les plus charmans.
Si l’amour régnoit bien dans le fond de son ame,
Oublieroit-elle ainsi les vœux & les sermens ?
Laissez agir le tems, laissez agir vos charmes.
Bientôt Iphis, irrité des mépris
De la beauté dont son cœur est épris,
Va vous rendre les armes.


AIR.
Pour finir vos peines
Amour va lancer ses traits.
Faites briller vos attraits,
Formez de douces chaînes.
Pour finir vos peines
Amour va lancer ses traits.