Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/486

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce latin-là c’est pour l’oncle ; en voici pour vous, la traduction françoise.

Perdez force bienfaits, pour en bien placer un.

Il y a long-tems que vous pratiquez cette sentence sans, je gage, l’avoir jamais lue dans Séneque..

Je suis dans la plus grande vivacité de tous mes sentimens, &c.

LETTRE XIV. À LA MÊME.

La départ de M. Deville se trouvant prolongé de quelques jours, cela me donne, chere maman, le loisir de m’entretenir encore avec vous.

Comme je n’ai nulle relation à la cour de l’Infant, je ne saurois que vous exhorter à vous servir des connoissances que vos amis peuvent vous procurer de ce côté-là. Je puis avoir quelque facilité de plus du côté de la cour d’Espagne, ayant plusieurs amis qui pourroient nous servir de ce côté. J’ai entr’autres ici M. le marquis de Turrieta, qui est assez ami de mon ami, peut-être un peu le mien : je me propose à son départ pour Madrid, où il doit retourner ce printems, de lui remettre un mémoire relatif à votre pension, qui auroit pour objet de vous la faire établir pour toujours à la pouvoir manger où il vous plairoit : car mon opinion est que c’est une affaire