Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/594

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Je suis déjà fort endetté & je n’ai qu’une seule écoliere. Tout est en campagne ; je ne sais comment sortir ; je ne sais comment rester ; parce que je ne sais point faire de bassesses. Gardez-vous de rien dire de ceci à Madame de W****. J’aimerois mieux la mort, qu’elle crût que je suis dans la moindre indigence, & vous-même tâchez de l’oublier, car je me repens de vous l’avoir dit. Adieu, Mademoiselle, je suis toujours avec autant d’estime que de reconnoissance.

LETTRE VII. À M******.

Madame de Warens m’a fait l’honneur de me communiquer la réponse que vous avez pris la peine de lui faire, & celle que vous avez reçue de M. de Mably à mon sujet. J’ai admiré avec une vive reconnoissance les marques de cet empressement de votre part à faire du bien qui caractérise les cœurs vraiment généreux ; ma sensibilité n’a pas sans doute de quoi mériter beaucoup votre attention, mais vous voudrez du moins bien permettre à mon zele de vous assurer que vous ne sauriez, Monsieur, porter vos bontés à mon égard au-delà de ma reconnoissance ; je vous en dois beaucoup, Monsieur, pour le bien que l’excès de votre indulgence vous a fait avancer en ma faveur : il est vrai que j’ai tâché de répondre aux soins que Madame de Warens, ma très-chere maman, a bien voulu prendre pour me pousser dans les belles connoissances ; mais