Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Nos villes peuvent être le regne des femmes : le séjour des tentes est le regne des hommes. Encore faut-il s’exiler des villes & camper au milieu des champs lorsqu’on veut prendre ou défendre les villes, fonder ou détruire des Empires. Et combien de Conquérans fameux sont sortis de la Tartarie, de la Scythie pour conquérir la Chine, les Indes, le Mogol, l’Asie, l’Afrique même & l’Europe. Ceux qui appellent les Russes en Europe, veulent sans doute la bouleverser à leur profit. La plus vraisemblable opinion, dérive de la Scythie & du Tanaïs les premiers François. Ceux qui ont détruit & rétabli en parcelles le grand Empire des Romains, n’étoient que Goths, Visigoths, Ostrogoths, Sarmates, Huns, Vandales, Gépides, Lombards, Bourguignons, & enfin Francs ou François, généralement issus des déserts mêmes des Palus - Méotides ; & c’est la Sibérie probablement, qui a fondé & peuplé toute l’Amérique, dont les Sauvages sont l’abâtardissement immédiat des Tartares d’Asie, seuls vrais enfans de Jabel qui ipse suit Pater habitantium in tentoriis, atque Pastorum.

Adam, Abel, Sceth, Enoc & tout ce que l’Ecriture sainte appelle les enfans de Dieu, avant le déluge, & tous les vrais patriarches, Abraham, Isaac & Jacob, après le déluge, vécurent sous des tentes, non simplement en pasteurs mais en grands & en chefs & seigneurs, patriarches en un mot comme Jabel de la vie pastorale. Enochia ne fut pour Caïn & ses vrais enfans, sous le nom d’enfans des hommes, qu’un repaire d’arts, arts mondains, de crimes & de vices, qui pervertissant jusqu’aux enfans de Dieu, attirerent cet horrible déluge, qui pensa exterminer la race humaine toute entiere.