Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


société, de l’humanité. J’ai peut-être aussi intérêt qu’il fasse un peu d’ombre à mon petit tableau ou à mon portrait. Je vous en remercie, Monsieur, & suis votre, &c.

LETTRE XXXVII.

Sans parler davantage Monsieur, de mon clavecin, pour vous faire sentir le peu de droit que vous avez de vous plaindre du public, dont le respect seul auroit dû vous empêcher de tant parler de vos nouveautés, qui lui sont contraires, je puis vous faire observer qu’en physique, mes nouveautés n’ont jamais été qu’en accroissement de bénéfice pour ce public, & pour la physique ordinaire.

Je n’ai jamais entrepris de détruire Descartes : personne ne l’a réellement plus vanté & plus fait valoir que moi ; mais je lui ai associé mille bonnes choses, qui sont dans Aristote & dans Newton ; & en réfutant même Newton, j’en ai vanté la personne & fait valoir le mérite réel. J’ai tout concilié, pour y ajouter quelques points de vue assez nouveaux, qui sont briller les leurs. J’ai remis la physique en possession de bien de ses riches ses anciennes, en lui en prêtant de nouvelles.

Dans ma mathématique sur-tout, je n’ai privé le public d’aucune de ses anciennes possessions ; j’ai ajouté quelques vérités à celles de la géométrie. Le style facile que j’y ai introduit, & qui a révolté d’abord quelques géometres, n’a fait que rendre cette science plus populaire, & multiplier le nombre des géometres.