Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/594

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1°. À l’offre d’une maison de campagne nommée l’Hermitage que dans sa lettre à David Hume, Voltaire prétendoit avoir été faite de sa part à Rousseau en 1759 par M. Marc Chappuis, voici la réponse de Rousseau consignée dans une lettre aussi du 5 janvier 1767.

“Jamais ni en 1759, ni en aucun autre tems, M. Marc Chappuis ne m’a proposé de la part de M. de Voltaire d’habiter une petite maison appellée l’Hermitage. En 1755 M. de Voltaire me pressant de revenir dans ma patrie, m’invitoit d’aller boire du lait de ses vaches. Je lui répondis ; sa lettre & la mienne furent publiques. Je ne me souviens pas d’avoir eu de sa part aucune autre invitation.”

Observez en passant, Madame, que ces deux lettres, dont parle ici Rousseau comme ayant été publiques, sont précisément celles que M. D. L. B. va bientôt vous mettre sous les yeux, & vous verrez dans quel but. En attendant continuons d’élever autel contre autel.

2°. Si d’un côté dans la lettre qu’on vous produit vous voyez Voltaire répéter, en d’autres termes, il est vrai, (car le grand-homme a plusieurs versions à ses ordres) mais toujours en italiques, ce qu’il avoit affirmé quelques semaines auparavant à David Hume, savoir que Rousseau ne ses offres qu’en lui écrivant :

MONSIEUR,

“Je ne vous aime point. Vous corrompez ma République, en donnant des spectacles dans votre château de Tournai, &c. &c..”