Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE AU MÊME.

Montmorenci le 6 Janvier 1759.

Le mariage est un état de discorde & de trouble pour les gens corrompus, mais pour les gens de bien il est le paradis sur la terre. Cher V.... s, vous allez être heureux, peut-être l’êtes-vous déjà. Votre mariage n’est point secret ; il ne doit point l’être, il a l’approbation de tout le monde, & ne pouvoit manquer de l’avoir. Je me fais honneur de penser que votre épouse, quoiqu’étrangère, ne le sera point parmi nous. Le mérite & la vertu ne sont étrangers que parmi les méchans ; ajoutez une figure qui n’est commune nulle part, mais qui fait bien le naturaliser partout, & vous verrez que Mademoiselle C....n, étoit Genevoise avant de le devenir. Je m’attendris en songeant au bonheur de deux époux si bien unis, à penser que c’est le sort qui vous attend. Cher ami ! quand pourrai-je en être témoin ? Quand verserai - je des larmes de joie en embrassant vos chers enfans ? Quand me dirai -je, en abordant votre chère épouse : “Voilà la mère de famille que j’ai dépeinte ; voilà la femme qu’il saut honorer.”

Je ne suis point étonné de ce que vous avez fait pour M. Abausit ; je ne vous en remercie pas même ; c’est insulter ses amis que de les remercier de quelque chose. Mais cependant vous avez donné votre exemplaire, & il ne