Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Note servant d’apostille à cette lettre.

On remarquera que depuis près de sept ans que cette lettre est écrite je n’en ai parlé, ni ne l’ai montrée à aine vivante. Il en a été de même des deux lettres que M. Hume me força l’été dernier de lui écrire, jusqu’à-ce qu’il en ait fait le vacarme que chacun fait. Le mal que j’ai à dire de mes ennemis je leur dis en secret à eux - mêmes ; pour le bien, quand il y en a, je le dis en public & de bon cœur.

Motiers le 31 Mai 1765.

Si M. de Voltaire a dit, qu’au lieu d’avoir été secrétaire de l’Ambassadeur de France à Venise, j’ai été son valet, M. de Voltaire en a menti comme un impudent.

Si dans les années 1743 & 1744 je n’ai pas été premier secrétaire de l’Ambassadeur de France, si je n’ai pas fait les fonctions de secrétaire d’Ambassade, si je n’en ai pas eu les honneurs au sénat de Venise, j’en aurai menti moi-même.

LETTRE À Mr. DAVENPORT.

1766.

Je suis bien sensible, Monsieur, à l’attention que vous avez de m’envoyer tout ce que vous croyez devoir m’intéresser. Ayant pris mon parti sur l’affaire en question, je continuerai