Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comme l’exemplaire du Dictionnaire de Musique qui vous étoit destiné, avoit été adressé à M. Vaillant qui n’a jamais paru fort soigneux des commissions qui me regardent, j’en ai fait envoyer depuis un second à M. Rougement pour vous le faire passer au défaut du premier.

LETTRE À Mr. LE MS. DE MIRABEAU.

À Trie le 28 Janvier 1768.

Je me souviens, mon illustre ami, que le jour où je renonçai aux petites vanités du monde & en même temps à ses avantages je me dis entr’autres, en me défaisant de ma montre : grâce au ciel je n’aurai plus besoin de savoir l’heure qu’il est. J’aurois pu me dire la même chose sur le quantième, en me défaisant de mon almanac : mais quoique je n’y tienne plus par les affaires, j’y tiens encore par l’amitié. Cela rend mes correspondances plus douces & moins fréquentes : c’est pourquoi je suis sujet à me tromper dans mes dates, de semaine, & même quelquefois de mois. Car quoiqu’avec l’almanac je sache bien trouver le quantième dans la semaine, sachant le jour ; quand il s’agit de trouver aussi la semaine, je suis totalement en défaut. J’y devrois pourtant être moins avec vous qu’avec tout autre, puisque je n’écris à personne plus souvent & plus volontiers qu’à vous.