Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


avec la même impudence parcourut les gardes & tous les postes, après avoir commencé par souiller le lit conjugal ; crime dont on taxa Vinius d’être complice. Il fut donc chargé de chaînes par ordre de Caligula : mais bientôt les révolutions des tems l’ayant fait délivrer, il monta sans reproche de grade en grade. Après sa Préture il obtint avec applaudissement le commandement d’une Légion ; mais se déshonorant derechef par la plus servile bassesse il vola une coupe d’or dans un festin de Claude, qui ordonna le lendemain que de tous les convives on servît le seul Vinius en vaisselle de terre. Il ne laissa pas de gouverner ensuite la Gaule Narbonnoise en qualité de Proconsul avec la plus sévere intégrité. Enfin, devenu tout-à-coup ami de Galba, il se montra prompt, hardi, rusé, méchant, habile selon ses desseins, & toujours avec la même vigueur. On n’eut point d’égard à son testament à cause de ses grandes richesses mais la pauvreté de Pison fit respecter ses dernieres volontés.

Le corps de Galba, négligé long-tems & chargé de mille outrages dans la licence des ténebres, reçut une humble sépulture dans ses jardins particuliers par les soins d’Argius son lntendant & l’un de ses plus anciens domestiques. Sa tête plantée au bout d’une lance & défigurée par les Valets & Goujats, fut trouvée le jour suivant devant le tombeau de Patrobe, affranchi de Héron qu’il avoit fait punir, & mise avec son corps déjà brillé. Telle fut la fin de Sergius Galba après soixante & treize ans de vie & de prospérité sous cinq Princes, & plus heureux sujet que Souverain. Sa noblesse étoit ancienne & sa fortune immense : il avoir un génie