Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/581

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compoſées de maniere à diviſer toute la famille en trois ſections bien diſtinctes.

La premiere ſection eſt formée de celles qui ne ſont compoſées que de languettes ou demi-fleurons tant au milieu qu’à la circonférence ; on les appelle fleurs demi-fleuronnées, & la fleur entiere dans cette ſection eſt toujours d’une ſeule couleur, le plus ſouvent jaune. Telle eſt la fleur appelée Dent-de-lion ou Piſſenlit ; telles ſont les fleurs de Laitues, de Chicorée (celle-ci eſt bleue), de Scorſonere, de Salſifis, &c.

La ſeconde ſection comprend les fleurs fleuronnées, c’eſt-à-dire, qui ne ſont compoſées que de fleurons, tous pour l’ordinaire auſſi d’une ſeule couleur. Telles ſont les fleurs d’Immortelles, de Bardane, d’Abſynthe, d’Armoiſe, de Chardon, d’Artichaut, qui eſt un Chardon lui-même dont on mange le calice & le réceptacle encore en bouton, avant que la fleur ſoit écloſe & même formée. Cette bourre qu’on ôte du milieu de l’Artichaut n’eſt autre choſe que l’aſſemblage des fleurons qui commencent à ſe former & qui ſont ſéparés les uns des autres par de longs poils implantes ſur le réceptacle.

La troiſieme ſection eſt celle des fleurs qui raſſemblent les deux ſortes de fleurons. Cela ſe fait toujours de maniere que les fleurons entiers occupent le centre de la fleur, & les demi-fleurons forment le contour ou la circonférence, comme vous avez vu dans la Pâquerette. Les fleurs de cette ſection s’appellent radiées, les Botaniſtes ayant donné le nom de rayon au contour d’une fleur compoſée, quand il eſt formé de languettes ou demi-fleurons. A l’égard de l’aire ou du centre de la fleur occupé par les fleurons, on l’appelle le diſque, & on